EDF Energies Nouvelles : Alain Caralp réagit aux annonces de Bruno Bensasson.

Alain CARALP, Président de la Communauté de communes La Domitienne, Maire de Colombiers, réagit aux annonces faites par Bruno BENSASSON, Président directeur général d’EDF Energies Nouvelles.

Dans quel contexte cette réunion a-t-elle été organisée ?

Je tiens tout d’abord à remercier chaleureusement M. Bruno BENSASSON, PDG d’EDF Energies Nouvelles et ses équipes. Rien ne l’obligeait à venir nous rencontrer.
 
Sur le fond du dossier, les choses sont connues. A l’automne dernier ont commencé à circuler les premières rumeurs d’un probable transfert sur Montpellier des deux sites qu’EDF Energies Nouvelles a sur Colombiers et Béziers. Avec le départ induit de 200 emplois.
Alors que tout un pan de notre économie aurait été gravement attaqué, les choses semblaient se mettre en place sans que nous, élus du territoire, ne soyons à aucun moment concertés. Nous l’avons clairement dénoncé auprès de M. BENSASSON, même s’il n’était pas à cette fonction à ce moment-là, et donc pas responsable. Il a reconnu que l’entreprise n’avait pas introduit la réflexion comme elle l’aurait dû…
Nous nous sommes donc mobilisés collectivement pour faire valoir nos arguments et les atouts du Biterrois. La partie n’était pas bien engagée et même si les choses ne sont pas totalement réglées à cette heure, je me réjouis de la tenue de cette réunion – qui marque une étape forte dans la stratégie de l’entreprise – et me félicite des premières garanties qui nous ont été données.

Quels enseignements tirez-vous de la réunion à laquelle vous avez participé jeudi 30 août ?

J’en retire plusieurs :
 
Tout d’abord, évidemment : l’union fait la force ! Quand les élus du Biterrois avancent groupés et que nous réussissons à fédérer autour de notre projet plusieurs députés et sénateur de l’Hérault ainsi que le Conseil départemental et la région Occitanie… alors nous disons aux entrepreneur « venez chez nous, nous saurons donner une dynamique à votre développement économique ». Forcément cela rassure n’importe quel acteur privé.
 
Ensuite, comme chacun sait, EDF (à qui appartient EDF Energies Nouvelles) est majoritairement contrôlée par l’Etat, et constitue donc une partie du patrimoine de tous les Français… Depuis près de 60 ans, l’entreprise répond à nos besoins vitaux d’accès à l’électricité. Et elle le fait bien… Véritable fleuron national, dont le savoir-faire des équipes (de la conception à l’exploitation) est mondialement reconnu.
Il n’en demeure pas moins qu’elle est avant tout une entreprise privée à qui les actionnaires, à commencer par l’Etat, demandent une rentabilité et des dividendes ! Cela passe évidemment par des gains de parts de marchés et de productivité, dans un secteur de plus en plus concurrentiel… Il est primordial pour les dirigeants de l’entreprise d’avoir une visibilité sur la progression du chiffre d’affaires sur plusieurs années. Cela est fortement dépendant de la capacité à créer de nouveaux sites de production hydrauliques, solaires et éoliens. Ne pas le comprendre, ou le rejeter, serait une double faute. Cela reviendrait à dire à l’entreprise : on vous veut (avec les retombées en termes d’emplois et les recettes fiscales)… mais on ne veut pas de ce qui fait votre richesse, les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. Ce serait schizophrénique ! Et, surtout, cela consisterait à nier le réchauffement climatique, dans un contexte où l’accès aux énergies sera de plus en plus couteux.
 
Enfin, notre territoire regorge de qualités intrinsèques qui intéressent tout acteur économique (structures autoroutières, qualité de vie…) et plus particulièrement une entreprise comme EDF Energies Nouvelles : notre territoire bénéficie d’un niveau d’ensoleillement exceptionnel qui représente un gisement inépuisable pour la production d’énergie photovoltaïque ; de même que les éoliennes trouvent chez nous des conditions favorables à leur implantation. Enfin, territoire littoral nous sommes évidemment attentifs à l’éolien offshore… Tout cela je l’ai réaffirmé à Monsieur BENSASSON et à ses équipes. Ils y ont été sensibles !

Concrètement, comment cela se traduit-il pour le Biterrois, La Domitienne et Colombiers ?

C’est une excellente nouvelle pour le Biterrois et, bien sûr, pour La Domitienne. EDF Energies Nouvelles est propriétaire du site de Colombiers où elle dispose d’une réserve foncière de près de 2 hectares qui lui permettrait de croître sereinement, à son rythme, sans pression immobilière. Autant d’arguments positifs qu’un chef d’entreprise intègre dans son projet de développement…

Et la suite ?

Laissons désormais la direction d’EDF Energies Nouvelles et ses salariés avancer sur les questions d’organisation et de stratégie d’entreprise. J’ai dit à M. BENSASSON que j’étais à sa disposition dès que les choix auront été arrêtés pour que nous puissions construire un avenir commun parce que La Domitienne a fait du développement durable et du recours aux énergies propres une priorité.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×