Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu Informez-vous | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Actualités

  • Augmenter la taille du texte
  • Réinitialiser la taille du texte
  • Diminuer la taille du texte
Accueil  >  Actualités  > Communiqué : " Coeur du Languedoc "

Communiqué : " Coeur du Languedoc "

 
Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan : déclaration commune des cinq présidents de « Cœur du Languedoc »

Dans quelques mois, le Gouvernement présentera une loi d’orientation qui définira les investissements ferroviaires prioritaires. Véritable serpent de mer, la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) pourrait être remise en question.

En nos qualités de présidents des cinq intercommunalités qui composent l’association « Cœur du Languedoc », nous n’acceptons pas de voir ce projet menacé.

D’abord parce que ce projet a d’ores et déjà coûté 75 millions d’euros en études et acquisitions foncières, dont 5 millions d’euros supportés par les agglomérations de Béziers Méditerranée, d’Hérault Méditerranée et du Grand Narbonne. Les élus que nous sommes sont les garants d’une gestion rigoureuse et intelligente des deniers publics. Si ce projet était enterré à ce stade par la seule volonté de l’État, nous serions en droit de demander le remboursement de ces sommes.

Ensuite parce que nos populations attendent cette ligne depuis trop longtemps. Relier tout l’arc méditerranéen et désenclaver des territoires est une question d’utilité publique. Alors que la Région a lancé son Plan littoral 21 pour relancer la façade maritime, ce projet doit être une priorité économique, touristique et sociétale.

Enfin, parce qu’il serait regrettable d’opposer la construction de la LGV au déploiement des TER. Au contraire, les usages et les enjeux sont très complémentaires. Sur ce point, nous souhaitons que l’État et la Région Occitanie tiennent leurs responsabilités pour développer les deux simultanément.

La réalisation de la LNMP ne peut pas se résumer à une simple question financière. Elle est, d’abord et avant tout, une question de volonté politique mise au service d’une vision d’aménagement des territoires français. Des solutions existent. L’État s’était engagé à les déployer. Nous veillerons par tous les moyens à ce qu’il tienne ses engagements.

Frédéric LACAS, Président de la Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée

Gilles D’ETTORE, Président de la Communauté d’agglomération d’Hérault Méditerranée

Jacques BASCOU, Président de la Communauté d’agglomération du Grand Narbonne

Alain CARALP, Président de la Communauté de communes de La Domitienne

Michel MAÏQUE, Président de la Communauté de communes de Région Lézignanaise, Corbières et Minervois.

Alain Caralp, président de La Domitienne, tient à réaffirmer l’impérieuse nécessité de doter notre territoire de cette ligne parce qu’elle est une réelle chance de développement économique et touristique. Parce que cette ligne tirera profit de l’attractivité naturelle que représente le sillon « Montpellier – Espagne », elle sera la meilleure façon de soulager les axes routiers, de capter de nouveaux usagers des modes doux, tout en luttant contre les gaz à effet de serre et la fracture interterritoriale.

 Haut de page